DROH!ME répond aux fausses accusations et autres procès d’intention


Un projet transparent résultant de concertations et d’adaptations constantes

Un projet conforme à une concession attribuée par les pouvoirs publics

Un projet de partenariat public-privé

Un projet moderne, légal et au bénéfice de tous 

Un projet qui protège la forêt au travers de sa fonction de Porte d’entrée de la Forêt de Soignes

Un financement public, parfaitement contrôlé et transparent

Un projet respectueux de l’environnement qui l’entoure


Récemment, le débat public s’est animé autour du projet de réhabilitation de l’ancien Hippodrome d’Uccle-Boitsfort, du fait des échéances administratives liées au développement de DROH!ME, ce qui est habituel et légitime dans un contexte démocratique. DROH!ME souhaite revenir sur ce que prévoit le projet de Melting Park, sur les nombreuses démarches administratives de régularisation et d’adaptation entreprises depuis le début de la concession et rétablir la vérité.

DROH!ME rappelle que ses équipes et de nombreux experts collaborent au projet, pour permettre de faire revivre ce site exceptionnel et donner au Bruxellois une chance unique de disposer d’un lieu de délassement, de plaisir, de découverte et d’expérimentation tout en respectant le patrimoine architectural et naturel. 

En effet, il circule depuis le début du projet un certain nombre de fausses allégations. DROH!ME ne voudrait pas que ses employés, ou même que le projet soient victimes de ces rumeurs. 



ACTIVITES 

« Le projet DROH!ME Melting Park va devenir un zoning évènementiel non respectueux de l’environnement qui l’entoure»  

« DROH!ME est essentiellement un projet commercial, dû à la multiplicité des événements privés »  

Depuis son lancement, DROH !ME Melting Park a pour objectif de développer un parc de loisirs actifs et de détente ouvert à tous, à taille humaine, qui met à l’honneur la nature, le sport, la culture, le patrimoine architectural, la détente et les familles. En aucun cas, ce programme, décliné au travers d’activités ludiques, pédagogiques et récréatives ne débouchera sur la création d’un « zoning événementiel ».

La location d’espaces a suscité de nombreuses interrogations auprès des riverains. DROH!ME souhaite rassurer les citoyens bruxellois. Elle ne représente que 10% des activités. De plus celles-ci peuvent concerner des activités gratuites et grand public, des conférences … sans incidences.

L’étude d’incidences confirme que le nombre de visiteurs ne sera pas disproportionné par rapport à la capacité du site.

Plus que le nombre de visiteurs, le projet DROH!ME prend en compte l’impact de ses activités. Des mesures sont mises en place en termes de mobilité, de son et de lumière pour gérer les activités le nécessitant. Ces outils sont en constante adaptation afin de garantir le respect de l’environnement du site qui l’entoure et de répondre aux demandes des autorités et des riverains. 

Il est également important de préciser que des activités étaient organisées, depuis longtemps sur le site. Le rôle de DROH!ME est aussi de repenser la programmation, d’apporter un cadre légal à ces activités ainsi que la mise en place de mesures: plan de mobilité, demandes de permis, calibrage du son, plan lumière. A titre d’exemple, la Terrasse, présente depuis 14 ans, s’est pour la première fois cette année déroulée sous le bénéfice de permis en ordre et elle a repensé son concept avec l’aide de DROH!ME pour être plus respectueux de l’environnement et de la mobilité. Par ailleurs, DROH!ME a permis que plus aucune voiture ne circule ou ne stationne sur l’ancien anneau de courses.

« Le projet DROH!ME est réservé à un public élitiste »

La réhabilitation de l’Hippodrome d’Uccle-Boitsfort a pour objectif de rendre aux Bruxellois ce site laissée à l’abandon depuis plus de 20 ans et tombé dans un état grave de délabrement.

Depuis le début de la concession accordée à DROH!ME, des activités ouvertes à tous les Bruxellois se sont tenues sur le site : Fête de la Pomme, stages nature et photo pour enfants et adultes, Journées du Patrimoine, visites nature, Think Mobility (weekend de la mobilité), Journée de la Forêt de Soignes, Eco Trail, cours de pilates, yoga et marches sportives, etc.

Le projet DROH!ME va plus loin et mettra à disposition gratuitement une plaine de jeux d’ampleur régionale, une Maison de la Forêt, des agrès sportifs, l’anneau de courses réhabilité, une  Maison du sport, des terrains multi-sports ou blocs d’escalade, des sanitaires …

Il est ouvert à tous, sans distinctions, des familles aux personnes bénéficiant d’activités avec leurs entreprises (séminaires, team buildings, sensibilisation à l’environnement etc). L’accueil des entreprises, essentiellement en semaine, n’est pas incompatible avec le voisinage. On n’aperçoit pas en quoi elles ne pourraient pas, au même titre que le reste de la population, bénéficier des installations pour y trouver un cadre nature leur offrant des activités thématiques.

Plus de détails sur la programmation des activités de DROH!ME ici :  http://www.drohme.be/fr/drohme-agenda/

 

« Incohérence de la Maison de la Forêt »

Dans sa programmation, DROH!ME propose, en collaboration avec Bruxelles Environnement et financé par le FEDER, la création de la Maison de la Forêt. Il s’agit d’un lieu didactique et de sensibilisation au respect de l’environnement. Sa localisation a été choisie en pesant les avantages et inconvénients des différents emplacements étudiés dans l’Etude d’incidences. L’option d’exploiter les bâtiments existants, tels que l’ancienne maison forestière située en bordure de la Chaussée de la Hulpe, a également été étudiée dans l’Etude d’incidences. Celle-ci n’était pas adaptée à l’accueil de groupes tant d’un point d’espace que de localisation décentrée. Aucun bâtiment n’est apparu adapté, car aucun ne permettait de contact direct avec les abords forestiers, la scénographie aurait été déconnectée de la forêt.

La maison forestière deviendra un restaurant locavore dont la gestion n’a pas encore été attribuée.


CAHIER DES CHARGES

« Non-respect du cahier des charges » 

La SAU (Société d’Aménagement Urbain) se porte garante du respect de la convention qui la lie a DROH!ME pour le compte de la Région, propriétaire du site de l’ancien hippodrome d’Uccle-Boitsfort. Le projet a été pensé et conçu pour répondre au cahier des charges et a été adapté afin de suivre les 300 recommandations de l’étude d’incidences.

Ce cahier des charges motive le choix de la Région qui a retenu le projet DROH!ME Melting Park qui répond à toutes ses exigences comme par exemple : la gratuité de l’accès à la majorité du site, une plénitude de l’occupation, le respect et la mise en valeur du patrimoine naturel et architectural, des activités  récréatives, culturelles, familiales, et de développer la fonction de Porte de la Forêt de Soignes ainsi que la bonne gestion environnementale du projet et de la mobilité.

La Région impose aussi au projet d’être financièrement auto-portant, ce qui implique une obligation d’investissement et un projet autosuffisant (équilibre des activités payantes v/v gratuites) ainsi que le paiement d’une redevance à la SAU, sans « gratuité les cinq premières années ».

Depuis 5 ans, DROH!ME et ses équipes d’architectes et urbanistes, une responsable des aspects environnementaux, la direction du golf, des techniciens, une équipe opérationnelle  et de nombreux partenaires spécialisés travaillent d’arrache-pied pour concevoir et mettre en œuvre un projet en totale adéquation avec les prescrits du cahier des charges de la Région.


MOBILITE

« Solutions farfelues en termes de mobilité » 

L’Etude d’incidences démontre qu’en période de fonctionnement normal, il n’est pas nécessaire de mettre en place des mesures spécifiques en termes de mobilité. Le projet prévoit des mesures permanentes afin d’inciter les visiteurs à utiliser les modes de transports alternatifs à la voiture et ainsi fluidifier le trafic. Comme en de nombreux espaces publics, et ainsi que le recommandent les spécialistes en la matière dont Bruxelles Mobilité, le parking payant permet à cet effet un usage dissuasif de la voiture.

Gâce à des outils modernes de gestion (i.e. application, réseaux sociaux, etc.), lors de période de plus fortes affluences, des mesures supplémentaires et spécifiques sont mises en place pour favoriser les modes de déplacements alternatifs en vue de réduire et gérer les flux et les stationnements automobiles. Ces mesures sont variables en fonction du type d’activité. Chacune d’elles fait l’objet d’un diagnostic estimant le nombre de visiteurs escomptés, leur provenance, les modes de déplacement, le jour de la semaine, la période de la journée, l’offre de stationnements disponibles et les autres activités projetées sur le site et dans la zone. S’en suit une sélection et une mise en application de mesures comme l’utilisation de parkings voisins, des parkings de délestages avec navettes, des fast line, des tickets à prix préférentiel, des emplacements vélo supplémentaires… Un bilan est tenu pour améliorer et faire évoluer le plan de mobilité. Un manager mobilité sera nommé à cette fin. DROH!ME alimentera le Comité de suivi composé des instances concernées (communes, police, Bruxelles Mobilité, STIB…), proposé dans l’Etude d’incidences et soutenu par la Commission de Concertation. Il permettra notamment de coordonner les actions pour éviter les éventuels problèmes de parking sauvage.

Il convient de souligner que tout plan pour améliorer l’accessibilité prend du temps à produire ses effets, il est donc important de laisser du temps aux différentes mesures de produire leur plein effet.

Le site prévoit en outre 220 places vélo, en plus de 160 places temporaires pour vélos et 48 places pour les deux roues motorisées.

D’autres part, la Commission de Concertation a émis dans son avis une limite du nombre de personnes à 600 dans le Village des Paris, en plus des activités permanentes, ainsi que la réduction des horaires aux heures où les transports publics circulent. Ces conditions correspondent à l’analyse de l’Etude d’incidences qui avait conclu, dans cette modélisation, à une capacité suffisante d’absorption.


ENVIRONNEMENT

« Des dégâts irréversibles sur la faune et la flore »

Les aménagements et activités répondent à un gradient d’activités lié à l’animation d’origine du site de l’hippodrome. Les activités les plus animées, du côté nord en front de rue, et les activités les plus calmes vers le sud et la forêt. Ce gradient répond à la fonction de Porte d’entrée de la forêt de Soignes en proposant une zone récréative en amont de la forêt, afin de protéger cette dernière de toute activité non adaptée.

De plus, la gestion du son fait l’objet d’une attention particulière afin de respecter la faune. Ainsi, les installations sonores seront calibrées, DROH!ME travaille avec des prestataires privilégiés qui connaissent le site et ses impératifs et 3 sonomètres seront implantés aux bords du site pour pouvoir mesurer le nombre de dB et vérifier en tout temps que les normes de bruit imposées ne sont pas dépassées.

Il en va de même pour les activités à l’intérieur des bâtiments, les normes imposées sont également respectées ainsi que les recommandations de l’étude d’incidences. Un sas est prévu pour éviter toute propagation sonore.

Les activités autorisées en soirée sont limitées au Village des Paris et en intérieur.

Enfin, un plan lumière a été élaboré afin de cadrer l’éclairage pour mettre en valeur les bâtiments, assurer la sécurité des personnes sur le site tout en respectant la faune.


LEGALITE

« Dérogations systématiques aux arrêtés royaux et non-respect de la zone protégée Natura 2000 »

« Demandes de permis temporaires successifs non conformes »

 

Arrêté royal  :

L’arrêté royal de 1959 prévoit une restriction quant aux constructions nouvelles, les modifications des aspects du site,… toutefois il est possible d’y déroger légalement sur avis de la Commission Royale des monuments et des sites.

Le permis unique instauré dans le CoBAT étant venu remplacer le « permis patrimoine » prévu par la loi du 7 aout 1931, celui-ci peut consentir des travaux en principe initialement interdits par l’arrêté de classement.

 

PRAS

La conformité du projet au PRAS doit s’analyser de manière globale et non pas en isolant certaines parties du projet.

D’une part, les activités commerciales ne sont pas exclues en zone d’équipement d’intérêt collectif et de services publics, celles-ci devant toutefois rester complémentaires.

D’autre part, il est tout à fait usuel que des activités payantes soient organisées dans des équipements d’intérêt collectif, du moment que, comme le préambule du PRAS l’indique, la satisfaction d’un besoin d’intérêt général reste prépondérante par rapport au but de lucre. A titre d’exemple, l’on relèvera que le Musée du Cinquantenaire, Autoworld, ou encore le musée des instruments de musique comportent des restaurants, des boutiques et prévoient la possibilité pour des groupes ou des entreprises de louer leurs salles pour des évènements privés.

Le PRAS n’interdit pas de faire des actes et travaux en zone forestière, pour autant que ceux-ci constituent une activité accessoire à la Forêt.

 

Attaque sur les demandes de permis :

Il convient de souligner qu’en introduisant des demandes de permis, DROH!ME régularise une situation non couverte par toutes les autorisations requises.

A ce jour, l’ensemble des permis temporaires octroyés à DROH!ME l’ont été moyennant un dossier complet, au besoin d’une enquête publique et une évaluation des incidences, notamment lorsque que l’administration l’estime nécessaire. Ces permis ont suivi les procédures applicables et n’ont pas suscité de recours déclaré fondé.

En aucun cas, ces permis, ni la demande actuelle, ne violent les prescriptions du PRAS (prescriptions n° 8 et 15) ou le schéma de Structure de la Forêt de Soignes, comme le confirme l’avis favorable majoritaire sous conditions rendu par la Commission de concertation.

De plus, le respect de ces permis temporaires fait l’objet de contrôles inopinés et stricts de Bruxelles Environnement. Certains, peu, ont abouti à un constat d’infraction, qui ont été rectifiés à la suite.


INDEPENDANCE

« Impartialité et connivence avec Bruxelles-Environnement et les administrations »

« Personnel membres d’Ecolo » 

Le projet DROH!ME s’inscrit dans un long processus administratif, il a été tenu compte de l’ensemble des parties prenantes, administrations comme riverains, et de  la complexité du projet, en s’entourant d’experts notamment en matière de mobilité, de lumière et d’aménagement des espaces verts pour évoluer et arriver à une proposition fédératrice et en meilleure adéquation avec son environnement.

A ce titre, DROH!ME a introduit en août 2017, des demandes de permis amendés pour répondre aux 300 recommandations émises par l’étude d’incidences, suivi par un Comité d’accompagnement qui regroupe l’ensemble des administrations concernées. Le tout a été soumis à enquête publique et a récolté plus d’1/3 d’avis positifs des citoyens ainsi qu’un « avis favorable majoritaire sous conditions » de la Commission de Concertation, également pluridisciplinaire et impartiale.

DROH!ME refuse toutes attaques nominatives, personnelles et déformées contre les personnes (employés et sous-traitants) et mettant en cause injustement leur intégrité. Ces personnes ont avant tout été engagées pour leurs expertises nécessaires dans le développement d’un projet urbanistique où la nature et l’environnement ont une place prépondérante. Leurs compétences, leurs parcours académiques et expertises professionnelles légitiment donc à eux seuls leur place dans l’équipe de DROH!ME.

Les suspicions qui circulent relèvent d’une technique d’intimidation, et DROH!ME ne doute pas que l’autorité respectera la loi en toute impartialité et indépendance.


FINANCE

« DROH!ME, une société d’événements derrière le projet » « DROH!ME, une nébuleuse financière »

« DROH!ME détourne l’argent public »

Le financement du projet DROH!ME repose sur :

  • Un financement privé conséquent
  • Une obligation d’investissement
  • Une obligation d’équilibre économique
  • Un partenariat public-privé

DROH!ME est un projet public-privé dont le partenaire privé assume un investissement de plus de 9.000.000 €. Le cahier des charges de la concession oblige à l’équilibre économique du projet et au financement des investissements réalisés.

DROH!ME a, aujourd’hui, déjà investi 4.000.000 € financés principalement par l’apport en capital et en prêts des actionnaires, et par du crédit bancaire.

Un subside FEDER contrôlé par la Région de Bruxelles-Capitale et la Commission européenne

Le subside FEDER est octroyé par la Région de Bruxelles-Capitale sous le contrôle de l’Union européenne. Les montants revenants aux partenaires, et ce compris VOICE, sont relatifs à des prestations réelles ou des investissements qui doivent tous être détaillés et justifiés. Ces prestations et ces investissements font l’objet de contrôles stricts et réguliers.

Les prestations de VOICE n’ont encore été que très partiellement réalisées, donc ce montant n’a été que partiellement perçu et ne peut certainement pas avoir été investi par VO GROUP pour le projet DROH!ME.



 

CONCLUSION

Un mouvement citoyen est une formation qui se doit être responsable, informée et objective. L’« enquête » de Pas Question et du collectif Les Amis de l’Hippodrome est une expression calomnieuse et propagandiste qui se prétend « citoyenne ». Or, le site de l’hippodrome d’Uccle-Boitsfort est destiné à revivre. Si l’on ne fait rien, il retombera dans l’état de dégradation qu’il a déjà connu et déploré par tous.

 

Des solutions modernes existent pour maitriser les aspects liés à la mobilité ou à l’environnement sonore, critères d’attention que nous partageons tous. Des évaluations seront faites avant, pendant et après les activités qui pourraient être sensibles sur l’un de ces domaines. En tant que gestionnaire, DROH!ME a tout intérêt de parvenir à une gestion la plus optimale possible. Il en va de la bonne réputation des lieux, du respect de ceux-ci et du succès des activités qui inévitablement évolueront aussi.

 

DROH!ME est un projet qui s’est construit en concertation avec l’ensemble des parties prenantes, administrations et riverains. Les demandes de permis amendés introduits en août 2017 font suite à une Etude d’incidences, avec plus de 300 recommandations suivies, une enquête publique et surtout un avis avec des conditions strictes imposées par la Commission de Concertation et la Commission Royale des Monuments et Sites. Un projet qui a su s’adapter alors que les critiques véhiculées restent inchangées, une opposition de principe sans réelle analyse du dossier.

 

DROH!ME reste confiant dans le discernement des autorités qui sauront en toute indépendance faire la part des choses entre un mouvement populiste, manipulateur et sloganesque et un  projet légitime pour Bruxelles et les Bruxellois.

 

L’équipe DROH!ME